Avant-propos

Myriam Achari, directrice des patrimoines, de la mémoire et des archives

Après deux cycles commémoratifs exceptionnels tels que le Centenaire de la Grande Guerre et le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale, 2017 s’impose comme une année importante pour poser les bases d’une mémoire des soldats engagés en opérations extérieures. En effet, si l’actualité du ministère des armées nous renvoie souvent hors des frontières nationales, sur des théâtres extérieurs où nos forces armées sont engagées, cette forme de conflit ne date pas d’aujourd’hui. Elle s’inscrit dans un temps long, amorcé dès les années 1960, qu’il est important de rappeler et qui donne l’occasion de rendre hommage à plusieurs générations de soldats.

 

Par ailleurs, 2017 est l’année du lancement des travaux du monument en hommage aux morts pour la France en Opex. Cet événement doit s’accompagner d’un travail pédagogique auprès du grand public et notamment auprès des plus jeunes. 2017 a aussi vu la réalisation d’une exposition et d’un film confiés à l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la défense, ainsi que le lancement d’un appel à projets pédagogiques autour des Opex. Un dictionnaire des Opex sera publié prochainement par la DPMA. Autant d’événements et d’actions qui entendent honorer et valoriser une jeune mémoire vivante, encore en construction.

 

C’est animée de cette volonté d’écrire et de transmettre l’histoire et la mémoire de nos soldats engagés en Opex, que j’ai souhaité consacrer un numéro hors-série de la revue Les Chemins de la mémoire à ce sujet. Celui-ci s’est construit autour de trois grandes ambitions : expliquer, étudier, enseigner et commémorer les Opex.

 

Expliquer les Opex, c’est les resituer dans le cadre juridique, institutionnel et opérationnel qui préside à leur déclenchement, pour aborder l’actualité avec un œil averti. Étudier les Opex ensuite, c’est remonter le fil de l’histoire et montrer que ces conflits sont devenus, au même titre que les deux guerres mondiales et les guerres de décolonisation, un objet d’étude désormais soumis à l’analyse de la communauté scientifique. Enseigner et commémorer les Opex enfin, c’est répondre à un enjeu fondamental pour la société d’aujourd’hui, en particulier la jeunesse, qui doit aussi pouvoir trouver dans le lien armées-nation des réponses à ses questions et de quoi nourrir ses réflexions dans un monde qui semble toujours plus complexe et dangereux.

 

Fort des synergies qui se sont mises en place autour de lui, ce numéro hors-série est le reflet de la capacité des états-majors, directions et services, établissements publics et partenaires du ministère des armées à travailler main dans la main pour construire ensemble la mémoire de nos soldats d’hier et d’aujourd’hui, ces femmes et ces hommes qui portent fièrement les couleurs de leurs aînés et qui reçoivent dans ces pages l’expression de l’admiration, de la solidarité et de la reconnaissance de la nation.