Franklin Delano Roosevelt

1882-1945

Né le 30 janvier 1882, Franklin Delano Roosevelt est issu d’une famille de colons hollandais émigrés aux États-Unis au XVIIe siècle. Diplômé de la prestigieuse université d’Harvard, il entreprend une carrière d’avocat avant de se lancer en politique, sur les traces de son cousin Theodore Roosevelt, président des États-Unis de 1901 à 1909.

 

Roosevelt (à droite) avec Woodrow Wilson le 14 juin 1914. ©Library of Congress /Domaine public

 

Figure montante du parti démocrate, sa carrière débute en 1910, lorsqu’il est élu sénateur de l’État de New York. En 1913, il est nommé secrétaire adjoint à la Marine par le président Woodrow Wilson. Au cours du premier conflit mondial,  il s’emploie au développement des sous-marins et soutient le projet d’installer un barrage de mines en mer du Nord pour protéger les navires alliés des attaques sous-marines allemandes.

À l’occasion d’une tournée d’inspection en Grande-Bretagne et sur le front français, il rencontre pour la première fois Winston Churchill.

 

 

Chargé de la démobilisation après l’Armistice, il quitte son poste à la Marine en juillet 1920. La même année, la défaite  des démocrates aux élections présidentielles inaugure une longue traversée du désert lors de laquelle il contracte une maladie qui lui fait perdre l’usage des jambes, en 1921.


Il revient sur le devant de la scène politique en 1928, en étant élu gouverneur de l'État de New York. Au cours de ce mandat, il entreprend des réformes tant en faveur des campagnes que dans le domaine social, mettant notamment en place l'Office temporaire des secours d'urgence pour venir en aide aux chômeurs, réduisant la durée du temps de travail pour les femmes et les enfants ou encore veillant à l’amélioration des hôpitaux. Il fait également montre de tolérance en matière d’immigration comme de religion. Son action, couronnée de succès, est validée par sa réélection en 1930.

 

En 1932, Roosevelt est désigné candidat à l’élection présidentielle par le parti démocrate, basant sa campagne sur le New Deal (« nouvelle donne »), un programme de redressement économique qui doit mettre fin à la crise qui touche le pays depuis le krach boursier de 1929. Élu par 57 % des suffrages, il met en œuvre son programme de relance de l’économie et de lutte contre le chômage, réforme le système bancaire américain et fonde la Sécurité sociale. Tout en restant fragile, l’économie se rétablit progressivement et Roosevelt est réélu en 1936 puis en 1940.

 

La situation se dégradant en Europe, il s’efforce de rompre avec la politique d’isolationnisme et de neutralité des États-Unis soutenue par le Congrès et l’opinion publique américains. Il obtient tout d’abord, en septembre 1939, l'abrogation des lois sur l'embargo des ventes d’armes aux belligérants puis, en 1941, l’accord du Congrès pour une aide en armements aux Alliés, sans remboursement. La loi Lend-Lease (prêt-bail), signée le 11 mars 1941, permet ainsi aux Américains de fournir les Alliés en matériel de guerre sans intervenir directement dans le conflit. Le 14 août 1941, Roosevelt et Churchill signent la Charte de l’Atlantique, déclaration commune définissant les principes moraux devant présider au rétablissement durable de la paix et qui servira ultérieurement de base à la Charte des Nations unies (juin 1945).

 

Entre-temps, dans le Pacifique, les relations entre le Japon et les puissances occidentales se détériorent. Les États-Unis accordent leur soutien à la Chine, opposée au Japon, par l’octroi d’un prêt-bail puis, celui-ci refusant de se retirer de l'Indochine et de la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas décident d’un embargo sur les matières premières tandis que les avoirs japonais aux États-Unis sont gelés. Le 7 décembre 1941, les forces japonaises bombardent Pearl Harbor, la plus grande base navale américaine dans l'océan Pacifique, faisant entrer les États-Unis dans la guerre.

 
Le président américain Roosevelt signant la déclaration de guerre
contre le Japon, le 8 décembre 1941. ©National Archives
and Records Administration/ Abbie Rowe
 

► Franklin Delano Roosevelt signant la déclaration de guerre
contre l'Allemagne,  le 11 décembre 1941. ©Farm Security
Administration/Office of War Information/Domaine public

 

En 1942, Roosevelt donne la priorité au front européen tout en contenant l'avancée japonaise dans le Pacifique. C'est ainsi que les États-Unis interviennent aux côtés des Britanniques, d'abord en Afrique du Nord (opération Torch en novembre 1942) puis en Europe par les débarquements en Italie et en France.

 

Durant le conflit, il est l’un des principaux acteurs des conférences interalliées (Anfa en janvier 1943 pour le choix du prochain front en Europe et la reddition sans condition de l’Allemagne, Dumbarton Oaks en août-octobre 1944 pour préparer la réunion constitutive de l’Organisation des Nations Unies, Yalta en février 1945 pour résoudre les problèmes de l’Europe d’après-guerre).

 

Franklin D. Roosevelt, Churchill, Giraud et de Gaulle lors de la conférence
d’Anfa (Casablanca), 24 janvier 1943. ©National Archives and Records Administration.

 

Ne reconnaissant pas la légitimité du général de Gaulle, dont il se méfie car il voit en lui un apprenti dictateur, Roosevelt s'oppose à ce que la France Libre participe aux Nations unies tant que des élections n’auront pas eu lieu en France. Le retour de Laval au pouvoir en 1942 entraîne le rappel de Vichy de l'ambassadeur américain et l’ouverture d’un consulat à Brazzaville. Le président américain soutient successivement l'amiral Darlan –collaborateur notoire- puis le général Giraud –vichyste patenté- et tente d’entraver l'action du Comité français de la Libération nationale d'Alger dont de Gaulle à résolument pris la tête, reléguant Giraud à des tâches strictement militaires.

Quant à son idée de placer la France libérée sous occupation militaire américaine (AMGOT), elle ne verra jamais le jour, le général Eisenhower ayant affirmé à de Gaulle, dès le 30 décembre 1943 : « Dans les faits, je ne connaîtrai en France d’autre autorité que la vôtre ». En signe d’apaisement et pour satisfaire une presse et une opinion publique américaines très favorables au Général, il reçoit celui-ci à Washington en juillet 1944.  Mais il ne reconnaît officiellement le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) qu'en octobre 1944 et n’invite pas son chef à  Yalta, signe que sa méfiance ne s’était pas totalement dissipée.

  

 ► Conférence de Yalta, 1945. ©Army Signal Corps Collection/National Archives
 

Le 7 novembre 1944, Franklin Roosevelt est réélu pour un quatrième mandat à la Maison Blanche. Il décède brusquement le 12 avril 1945, d’une hémorragie cérébrale. Conformément à la constitution américaine, le vice-président Harry Truman lui succède.

 

Source : La rédaction du site CDM
< Revenir à la liste des personnalités