La déportation

 

A partir de 1938, le système concentrationnaire nazi prend une plus ample dimension. Après les premiers camps comme Dachau (créé en 1933), d'autres camps de concentration et d'extermination sont créés. Flossenburg en Autriche, Stutthof et Auschwitz en Pologne, Theresienstadt en Tchécoslovaquie, le Struthof en France.

 

Le système concentrationnaire Nazi. Source : MINDEF/SGA/ DMPA

 

 

Sous l'autorité et le contrôle des S.S., tous essaiment en Kommandos comme une véritable toile concentrationnaire. Aux détenus allemands, autrichiens et tchèques s'ajoutent des hommes et des femmes de toute l'Europe.

 



Une circulaire du 29 septembre 1941 instaure la mise au travail des détenus. La S.S. devient la plus grande entreprise économique du Reich, disposant pour les firmes allemandes d'une main d'oeuvre renouvelable et qui ne lui coûte rien. Les déportés sont des numéros sur une liste, soumis à la promiscuité, aux sévices et humiliations, aux mauvais traitements et brutalités, aux maladies, à la faim.

 

Déportés au travail. Source : DR

 

Revêtus d'une défroque rayée, marquée d'un triangle de couleur distincte par catégorie (apatride, politique, etc), ils deviennent des ombres que menace sans cesse la mort.



Exclus de la communauté allemande par les lois de 1935, après la " nuit de cristal " de novembre 38, les Juifs, en Allemagne, sont jetés dans les camps. Des ghettos sont créés dans les pays envahis. Le 20 janvier 1942, la conférence de Wannsee définit les modalités d'application de " la solution finale de la question juive " pour toute l'Europe. Des millions de femmes, d'enfants et d'hommes raflés et internés dans tous les pays occupés sont transférés vers des camps d'extermination, enfermés dans des wagons de convois ferroviaires à destination d'Auschwitz II (Birkenau), Belzec, Maïdanek, Kulmhof, Sobibor, Treblinka.

 

Camp d'extermination d'Auschwitz - Birkenau, le travail des déportés, document S.S. de 1942.

 

A l'arrivée, c'est la terrible sélection : le sursis en esclavage pour les plus valides ; la mort dans les chambres à gaz, ou sous les coups, pour les plus faibles.


Le gouvernement de Vichy a instauré dès le 3 octobre 1940 le premier statut des Juifs. Des camps dont certains, auparavant, avaient vu se succéder des réfugiés espagnols fuyant la guerre civile où des communistes, sont utilisés pour parquer les Juifs raflés : Gurs, Le Vernet, Les Milles, Rivesaltes en zone sud , Pithiviers, Beaune-la-Rolande en zone nord. De ces camps vont partir les convois ferrés vers celui de Drancy, devenu le principal lieu de transit avant l'expédition en camp de déportation.

 

Détenus juifs arrivant au camp de transit de Drancy. France, 1942. Source : Federation Nationale des Deportes et Internes Resistants et Patriotes

 

 

Plus de 75 000 Juifs de toutes nationalités dont près de 10 000 enfants, ont été déportés de France. En outre, depuis le camp de Royallieu, à Compiègne, 85 000 résistants arrêtés et internés ont été déportés.

 

 

sites internet externe : Fondation pour la mémoire de la déportation

 

MINDEF/SGA/DMPA Daniel Fleury Pierre Hervet 7/11/2002