L'invasion

Le 10 mai l'armée allemande lance son offensive générale sur le front Ouest. Elle semble reprendre son plan de 1914, modernisé, en un mouvement plus ample qui inclut l'invasion des Pays-Bas.

 

10 mai 1940. Entrée des régiments français en Belgique. Source : SHD

 

Aussitôt, le commandant en chef des forces alliées, le général Gamelin, déclenche "la manoeuvre Dyle" en faisant entrer en Belgique sur le front Anvers-Louvain-Gembloux-Namur des troupes à la rencontre de l'ennemi (la 1re armée du général Blanchard, la 9e armée du général Corap, et le corps britannique du général Gort, la 7e armée du général Giraud devant progresser jusqu'à Breda

 

Le 11 mai, les premiers contacts avec l'ennemi sont pris par les détachements avancés ; le corps de cavalerie mécanique (général Prioux) couvre la marche et permet l'installation de la 1re armée sur la position de résistance Wavre-Gembloux-Namur avec mission d'assurer cette couverture jusqu'au 14 mai. Se déroule alors la bataille de Gembloux. Des combats acharnés durent les 14 et 15 mai menés par les 1re division marocaine et 15e division d'infanterie motorisée. Mais la 1re armée reçoit l'ordre de retraite vers la Sambre en raison des évènements tragiques survenus sur la Meuse, à 100 km au sud.


Le 13 mai, la principale offensive allemande frappe à travers les Ardennes et perce le lendemain les lignes françaises à Sedan.

pour faire sa jonction avec l'armée hollandaise).

 

 

Le 11 mai, les premiers contacts avec l'ennemi sont pris par les détachements avancés ; le corps de cavalerie mécanique (général Prioux) couvre la marche et permet l'installation de la 1re armée sur la position de résistance Wavre-Gembloux-Namur avec mission d'assurer cette couverture jusqu'au 14 mai. Se déroule alors la bataille de Gembloux. Des combats acharnés durent les 14 et 15 mai menés par les 1re division marocaine et 15e division d'infanterie motorisée. Mais la 1re armée reçoit l'ordre de retraite vers la Sambre en raison des évènements tragiques survenus sur la Meuse, à 100 km au sud.


Le 13 mai, la principale offensive allemande frappe à travers les Ardennes et perce le lendemain les lignes françaises à Sedan.

 

Le 14 mai, la Meuse est franchie à Dinant, Givet, Monthermé, Sedan. Les blindés ennemis avancent, soutenus par l'aviation d'assaut et parviennent à séparer la 9e de la 2e armée. Des contre-attaques ont lieu, exécutées notamment par les 1re et 3e divisions cuirassées de réserve, la 3e brigade de spahis, etc. Les combats de Stonne se déroulent avec intensité.

Le 18 mai, l'ennemi prend l'ouvrage Maginot de Villy-la-Ferté où la garnison périt. Les Allemands orientent leur marche à l'ouest et passent le canal des Ardennes ; le 16 mai, les chars du général Guderian atteignent la vallée de l'Aisne tandis qu'en Belgique le groupe d'armées allié est enveloppé par trois armées allemandes. Une contre-attaque à Montcornet avec trois bataillons de chars est vaine.

Sortant du ministère de la guerre, MM. Weygand, nouveau commandant en chef, Baudouin, Reynaud et Pétain, vice-président du conseil. Source : SHD

 

Le 19 mai Gamelin prescrit une contre-offensive générale mais il est limogé par Paul Reynaud, président du Conseil, et remplacé par le général Weygand qui décide de mesures défensives pour sauver ce qui peut l'être encore.

Le 25 mai, l'ennemi prend Boulogne-sur-Mer et Calais le 26. La bataille se déroule dans Lille où tient le 4e corps d'armée dont les survivants doivent se rendre le 31 mai. Entre-temps, l'armée belge encerclée a capitulé le 28 mai.

A Dunkerque, l'évacuation maritime de la poche alliée, où s'entassent 500 000 combattants et 80 000 civils sans vivres, a commencée. Le 4 juin, les Allemands occupent le port et la ville. 240 000 soldats britanniques, 115 000 Français, 16 000 Belges et Hollandais ont été sauvés sans leur matériel. Le corps de bataille français est anéanti.

 

 

Le port de Dunkerque en mai 1940. Source : ECPAD


L'action principale ennemie se porte alors contre la défense organisée par Weygand.

Depuis le 23 mai, la lutte fait rage au sud d'Amiens, au plateau de Dury où résistent les Coloniaux. L'unité commandée par de Gaulle contre-attaque au Mont-de-Caubert sur la Somme. Le 5 juin, à l'aube, les Allemands repartent à l'offensive avec 47 divisions assaillant les 6e, 7e, et 10e armées. La bataille est très violente sur l'Aisne, la Somme, l'Oise. Le front français est percé à Condé-Folie, à Dury, à Roye. En quelques jours, la 7e armée est refoulée vers Beauvais et les unités écossaises sont encerclées à Saint-Valéry-en-Caux. La 6e armée se replie derrière l'Aisne. Le 11 juin, le groupe d'armées n° 3 recule en direction d'Orléans.

 

Paris est déclaré ville ouverte. Le Grand Quartier Général s'installe à Briare, dans le Loiret.

Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin au matin. Ils ont atteint aussi la Normandie.

 

14 juin 1940 : Arrivée des troupes allemandes qui défilent sur les Champs-Elysées. Source : SHD

 



Le 9 juin, l'ennemi attaque la 4e armée à Rethel. L'Aisne est franchie. Du 11 au 14 juin, les Allemands prennent Reims, Epernay, Châlons-sur-Marne, Provins, Saint-Dizier, Troyes. Leurs unités se rabattent au sud-est et entrent à Besançon le 16 au soir. Les 2e, 4e, et 6e armées françaises sont quasiment anéanties ; les 3e, 5e, et 8e armées sont encerclées dans l'Est. L'ennemi arrive à Roanne, Mâcon, Bourg-en-Bresse, Pontarlier, menaçant l'armée des Alpes.

Les équipages des ouvrages Maginot n'ayant pas effectué le repli général sont restés seuls enfermés depuis le 14 juin. Ils vont résister à outrance. Dijon, Metz, Nancy, Epinal, Lunéville, Strasbourg sont pris. Toul capitule après un combat désespéré.Sur la Loire, qui représente une ligne de défense naturelle, des unités défendent les ponts. Ainsi, à Saumur, les cadets de l'école de cavalerie, ceux de l'école de Saint-Maixent, de l'école de Fontainebleau, avec leurs cadres, retardent l'ennemi, comme d'autres combattants le font à Sully-sur-Loire, Jargeau, etc. Les colonnes de l'envahisseur s'emparent d'Alençon, de Chartres, du Mans et de Laval, entrent en Bretagne et atteignent l'Atlantique. Là se déroule le drame de Saint-Nazaire : 6 000 soldats britanniques ont embarqué sur le paquebot Lancastria pour évacuer mais le navire est bombardé par des avions allemands et il sombre rapidement ; ce naufrage fait environ 5 500 morts.



Du 20 au 25 juin, l'armée des Alpes sous le commandement du général Olry tient en échec les Allemands et les Italiens (Mussolini a déclaré la guerre à la France le 10 juin).

 

Le général Olry, commandant l'armée des Alpes en 1940. Source : Musée de tradition des troupes de montagne

 

Lyon, ville ouverte, ne subit pas de combats. Le 20, l'armée italienne passe à l'offensive en même temps que la XIIe armée allemande. Celle-ci est stoppée en Ardèche et en Isère tandis que les Italiens sont bloqués en Tarentaise, en Maurienne, dans le Briançonnais, le Queyras, en Ubaye. Leur attaque contre Nice ne peut dépasser Menton. La ligne Maginot, les troupes de forteresse, les troupes alpines rejettent partout les assaillants. Le 24 juin le Grand Quartier Général s'adresse aux unités luttant encore et annonce la fin des hostilités pour le 25 juin car l'armistice a été signé dès le 22 à Rethondes (Oise). Des ouvrages Maginot vont résister tout de même, jusqu'à cinq jours après le cessez-le-feu.

 

Le 17 juin, le général de Gaulle, sous-secrétaire d'Etat à la Guerre, part en avion à Londres pour y continuer la lutte au côté de Winston Churchill et, le 18, il lance son célèbre appel à la résistance sur les ondes de la B.B.C.

 

Londres, 20 juin 1940. Le général de Gaulle et son officier d’ordonnance le lieutenant Geoffroy Chodron de Courcel devant Saint Stephen’s House. Source/ SHD

 

La France a perdu 92 000 morts, 250 000 blessés ; en outre, 1 850 000 hommes sont prisonniers de guerre dont 1 500 000 vont être internés en Allemagne. L'armistice scinde le pays en deux, séparé par une ligne de démarcation ; le gouvernement du maréchal Pétain s'installe en zone dite "libre" à Vichy.

L'aviation française a engagé environ un millier d'appareils dans la bataille de France mais leur emploi semble avoir été trop dispersé. Le 10 mai, les aviateurs français abattent 49 appareils ennemis, perdant 9 avions tandis que bon nombre d'appareils sont détruits au sol par les raids inopinés des bombardiers allemands. L'aviation ne peut empêcher l'avancée allemande, pourtant, en trois semaines, elle effectue 2 640 sorties et abat 159 appareils. Les combats aériens de juin accentuent la situation et épuisent les pilotes.



L'aéronavale attaque des objectifs italiens, un de ses avions exécute même un raid contre Berlin qu'il atteint de plusieurs bombes. Le 24 juin, l'aviation enregistre sa dernière perte. En tout, elle a perdu 194 pilotes tués. Les dizaines d'avions qu'elle a abattu vont manquer à la Luftwaffe dans la bataille d'Angleterre qui va se dérouler à l'été 1940. Commandée par l'amiral Darlan depuis 1937, la marine nationale a un rôle majeur : assurer la liberté des communications entre la métropole et l'empire français d'outre-mer et obtenir la maîtrise des flots en Méditerranée. Les hostilités ouvertes, elle assure avec succès les patrouilles et les escortes de convois ; au cours de la campagne de Norvège, ses forces concourent à la réussite des opérations. Elle perd 7 torpilleurs dans l'opération d'évacuation, à Dunkerque. Des fractions de ses forces se trouvent aussi en Angleterre et à Alexandrie, en Egypte. En mai-juin 40, ses unités principales, en Méditerranée, n'ont guère la possibilité d'y rencontrer d'ennemi allemand. Afin de neutraliser la marine italienne, les Français bombardent le port de Gênes le 14 juin, écartant toute menace contre leur littoral.

 

Portrait de l'amiral Darlan. Source : SHD

 

 

Après l'armistice, la flotte se trouve invaincue certes mais cantonnée dans le port de Toulon et les ports coloniaux tels Dakar, Oran, Casablanca. En Extrême-Orient, elle veille sur l'Indochine, agacée par le Siam, voisin exigeant, et fait face à l'expansionnisme japonais.

 

 

Source : MINDEF/SGA/DMPA Mission Mémoire