Historique du RICM, le régiment le plus décoré de France

 

Le Régiment d'Infanterie - Chars de Marine, formation blindée et entièrement professionnalisée, est l'un des deux Régiments blindés de reconnaissance de la 9ième Brigade Légère Blindée de Marine.

 

Jeune Régiment, il naît à Rabat au Maroc au début du mois d'août 1914 sous l'appellation de 1er Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale. En décembre, il devient le 1er Régiment de Marche d'Infanterie Coloniale. Le RICM, Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc est officiellement crée le 9 juin 1915. Le 17 août 1914, il débarque à Cette (ancien nom du port de Sète). Quatre années durant, il livre des combats qui feront de son emblème le plus décoré de l'armée française.

 

Le 24 octobre 1916, il écrit l'une des pages les plus glorieuses de son histoire lors de la prise du fort de Douaumont.

 

 

Le RICM à Douaumont. Source : Collection RICM

 

 

Le RICM dans les tranchées de Douaumont. Source : Collection RICM

 



Après plusieurs années d'occupation en Allemagne, le RICM retourne au Maroc en 1925 où le maréchal Lyautey l'a fait appeler. Dans le Rif marocain, ses opérations sont couronnées de succès. Il rejoint la France et Aix-en-Provence en 1932.

 

En 1939, il quitte Aix-en-Provence pour combattre aux avant-postes en Alsace. Défendant pied à pied le sol français, il perd les deux tiers de ses effectifs. Dissous après l'Armistice, il est reformé à Rabat en 1940. En 1943, il devient régiment blindé de reconnaissance de la 9ème DIC. Débarqué en Provence le 20 août 1944, il prend Toulon, Mulhouse et arrive sur le Rhin à Rosenau le 13 novembre 1944, le premier de toutes les armées alliées. Il atteint Constance quand a lieu la capitulation de l'Allemagne.

 

Le RICM à Rosenau. Source : Collection RICM

 


Pour le RICM, il n'est pas question de repos ; il débarque à Saigon le 4 novembre 1945. Partout en Indochine, le régiment se montre égal à lui-même au cours de dix années de combats incessants.

 

Patrouille fluviale en Indochine. Source : Collection RICM

 

 

Présent durant sept années en Algérie, le RICM s'est illustré lors des grandes opérations de l'Oranais et du maintien de l'intégrité du barrage algéro-marocain.


A la fin de l'année 1958, il change d'appellation et devient Régiment d'Infanterie - Chars de Marine. Le 22 janvier 1963, le RICM arrive à Vannes et s'installe au quartier Delestraint. En 1978, il obtient une 18ème Citation à l'ordre de l'Armée en participant aux opérations du Tchad et du Liban. Après deux nouveaux séjours à Beyrouth en 1982 et 1984, deux escadrons sont engagés au Moyen-Orient dans l'Opération Daguet en 1990-1991.

 

Dans le cadre des efforts de paix de l'ONU en ex-Yougoslavie, le RICM effectue deux mandats en 1992-1993, puis en 1995.

 

En 1994, le Régiment participe avec plus de la moitié de ses effectifs à l'Opération Turquoise déclenchée par la France au profit des populations du Rwanda. Durant l'été 1996, le RICM quitte Vannes et s'installe à Poitiers. Il part aussitôt pour un troisième mandat à Sarajevo en Bosnie, de septembre 1996 à février 1997. Puis en avril, un escadron participe à l'Opération Alba en Albanie jusqu'en juillet. De septembre 1997 à janvier 1998, le RICM met sur pied l'élément de réaction immédiate de la SFOR en Bosnie.

 

A partir de 1998, se succèdent l'Opération d'assistance militaire Aramis au Cameroun, la RCA pour un peloton du 2ème escadron, Djibouti pour les 1er, 2ème et 3ème Escadrons, la Côte d'Ivoire pour 2 pelotons et une partie de l'ECL, la Bosnie encore pour le 4ème Escadron, le Tchad pour le 1er Escadron, le Kosovo pour une SRR et la liste est toujours prête à s'allonger.

 

Ce siècle d'histoire s'achève pour le RICM à Mostar avec le Groupement Tactique Français.

 

Le RICM en opérations de débarquement. Source : Collection RICM

 

 

Le drapeau du RICM est l'emblème le plus décoré de l'armée française



Sur l'avers

République française Régiment d'Infanterie - Chars de Marine

 

Sur le revers

Honneur et Patrie

La Marne 1914-1918

Verdun-Douaumont 1916

La Malmaison 1917

Plessis de Roye 1918

L'Aisne - L'Ailette 1918

Champagne 1918

Argonne 1918

Maroc 1925-1926

Toulon 1944

Delle 1944

Kehl 1945

Indochine 1945-1954

 

Sur la cravate 

la Légion d'Honneur

la médaille militaire

la croix de guerre 1914-1918 avec 10 palmes

la croix de guerre 1939-1945 avec 2 palmes

la croix de guerre des T.O.E. avec 5 palmes

la croix de guerre de l'ordre Portugais de la Tour et de l'Epée

la cravate bleue de la "Distinguished Unit", inscription "Rosenau"

La croix de l'ordre du mérite chérifien

 

 

Hymne de l'Infanterie de Marine

 

Qu'ils soient fantassins, cavaliers, artilleurs ou tirailleurs, les régiments coloniaux ont été parmi les premiers à rejoindre la France Libre.

Outre les régiments de la 9° DIC, il y a le régiment de marche du Tchad (2° DB), le bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique (1° DFL) tous deux décorés de la croix de la Libération.

De son coté, le régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc, régiment blindé de la 9° DIC, est la formation la plus décorée de France.

Aux ordres du lieutenant colonel Le Puloch, le RICM participe à la prise de l'île d'Elbe en 1944 puis à la bataille de Toulon où l'un de ses détachements s'empare de la porte d'Italie et du fort Lamalque.

 

 

 

Site officiel du Régiment d'Infanterie Chars de Marine 

Source : RICM