Le Tombeau des Braves

 

Le 23 septembre 1845, les survivants de la Compagnie de Carabiniers du 8° Bataillon de Chasseurs d'Orléans ainsi que quelques hussards du 2° Régiment de Hussards résistaient aux assauts d'ABD-el KADER dans la koubba du marabout de Sidi Brahim el Bedaï, située à une quinzaine de kilomètres de Nemours (Djemmaa-Ghazaouet) en Algérie. Après plusieurs jours de résistance, le détachement parvient à s'esquiver et tente de rejoindre Nemours. A deux kilomètres du but, assaillis par la tribu des Ouled Ziri, ils succombent à l'exception de quinze d'entre eux et d'un Hussard. Peu après, la colonne Lamoricière recueillit les ossements qui furent ensevelis dans le vieux cimetière de Nemours.

 

Le Tombeau des Braves à Vincennes. Source : SGA/DMPA - Jacques Robert

 



Sur instruction du Duc d'Orléans, le "Tombeau des Braves" fut édifié, à deux kilomètres de Nemours à l'endroit même du massacre. Le 2 mai 1899, les restes des Braves furent réunis dans un caisson en bois et transférés au Tombeau par les soins du 2° Régiment de Zouaves. À l'occasion du Centenaire des combats, en 1945, lors de la visite de la crypte, constatant l'aspect vermoulu du cercueil, il fut décidé de confectionner un sarcophage en porphyre : La Légion Étrangère le réalisa et le 26 septembre 1946, le DCRE de Sidi-bel-Abbès aux ordres du Colonel Gauthier déposa les ossements dans ce sarcophage.

 

La guerre d'Algérie vit la profanation de la sépulture et l'éparpillement des dépouilles. Le service Historique de l'Armée de terre du Colonel BUTTET, alerté et soutenu par la Fédération des Amicales de Chasseurs, obtint le rapatriement des glorieux restes et des quelques éléments du Tombeau démontables : Ce fut réalisé par le 10° BCP et des éléments du Génie.

 

Le Tombeau des Braves à Vincennes. Source : SGA/DMPA - Jacques Robert

 



Le 26 octobre 1963, le Service Historique recevait le sarcophage, la croix de fonte et les plaques où étaient gravé le récit du massacre des survivants. En 1964, l'ensemble prenait place dans une casemate du Château de Vincennes au milieu du musée des Chasseurs.

 

Le 13 juillet 1995, une reproduction à l'échelle 1/49 du Tombeau des Braves réalisée par une école d'art accueillait le sarcophage dans la crypte médiévale (chapelle souterraine Louis XI) de la Tour du Roi (sud-ouest du pavillon du Roi). Une mezzanine abritant les plaques gravées et la croix, permet au visiteur de surplomber le Tombeau éclairé par des projecteurs et veillé par des vitraux bleus et jonquille (couleurs chasseur). À gauche on y aperçoit le 13° Drapeau des Chasseurs posé sur deux faisceaux d'armes. De part et d'autre les Fanions des bataillons dissous et celui du 2° Escadron du 2° Régiment de hussards assurent une garde silencieuse.

 

Pour parvenir à ce lieu de recueillement, on traverse une vaste salle où, une trentaine de tableaux et vitrines synthétisent l'histoire des Chasseurs à Pied de 1837 à nos jours. L'ensemble qui porte le nom de Mémorial des Chasseurs à Pied se visite tous les mercredi et le 1er et 3ème samedi de chaque mois, de 14 à 17 heures. Il est toujours possible pour les groupes, d'obtenir une visite en s'adressant à la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à Pied qui à son siège 11, avenue de Nogent à Vincennes.

 

 

Renseignements pratiques :



Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs Tél. : 01.43.65.92.92 Fax : 01.43.65.92.03 E-mail : secretairefnac@bleujonquille.fr

 

Source : Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs - Gérard Monneveu