Un Institut Charles de Gaulle au Liban

Brochure

 

Charles de Gaulle naît à Lille le 22 novembre 1880, et intègre en 1909 l’Ecole militaire de Saint-Cyr avant de rejoindre le 33e régiment d’infanterie d’Arras. Ces premiers pas dans sa vie d’officier ne sont que le début d’une carrière d’envergure, s’illustrant par son action durant la Première Guerre mondiale et se positionnant en héros de la Deuxième. Le général de Gaulle est élu président du gouvernement provisoire de la République françaises (GPRF) en 1944, puis sera tour à tour chef des Français libres, dernier président du Conseil de la IVe République et fondateur de la Ve République. Il développa par ailleurs un fort lien avec le Liban pour y avoir séjourné. Ainsi, il fut affecté au Liban en 1929 comme chef des 2e et 3e bureaux de l’état-major du général commandant supérieur des troupes du Levant, où il résida jusqu’en 1932. Durant la Seconde Guerre mondiale, il signa les accords de Gaulle – Lyffleton organisant la coopération franco-britannique au Proche-Orient, et déclara lors de sa tournée régionale au Liban « … les Libanais, libres et fiers, ont été le seul peuple [...] dont le cœur n’a jamais cessé de battre au rythme du cœur de la France. » En 1942, il rendit visite au président libanais Alfred Naccache et au président du Conseil Sami Solh pendant un séjour de 5 semaines. En évoquant son expérience au Liban, de Gaulle écrivait dans ses Mémoires de guerre : « Vers l’Orient compliqué, je volais avec des idées simples. Je savais qu’au milieu des facteurs enchevêtrés une partie essentielle s’y jouait. Il fallait donc en être. »

 

Charles de Gaulle et sa femme lors d’une expédition près de Beyrouth, Liban
© Droits réservés / Fondation Charles de Gaulle

 

C’est pour rendre hommage à cette personnalité hors norme et pour fonder un nouvel espace de dialogue et d’échange que le 18 juin 2016, à l’occasion du 76e anniversaire de l’Appel du 18 juin, le secrétaire général de la Fondation Charles de Gaulle Marc Fosseux signait à Beyrouth une convention de partenariat pour la création d’un Institut Charles de Gaulle. Ce projet s’inspire d’une idée simple : faire connaître l’œuvre du général de Gaulle au Moyen-Orient et s’appuyer sur son héritage pour fonder un nouvel espace de dialogue entre les cultures de l’Orient et de l’Occident.
 

A vocation muséale, pédagogique et professionnelle, l’institut sera érigé sur le camp de l’Ecole Supérieure des Affaires (ESA), et poursuivra quatre objectifs:
 

1. Sensibiliser le grand public et l’environnement scolaire à la mémoire du général de Gaulle, en insistant sur son passage au Liban ainsi que sur sa pensée et sa posture à l’égard du monde arabe ;
 

2. Faciliter le débat autour de la politique étrangère du général de Gaulle dans la région et sur ses répercussions actuelles ;
 

3. Former les cadres et dirigeants de la région au style de décideur incarné par de Gaulle ;
 

4. Fédérer une communauté d’affaires et d’experts du leadership et de la coopération internationale au Liban.

 

Maquette de présentation de L’institut Charles de Gaulle au Liban

 

 

Le projet a été porté par :
 

• L’Association Charles de Gaulle, Fondation de droit libanais nouvellement créée, œuvrant pour la Sauvegarde du patrimoine de Charles de Gaulle au Liban ;
 

• L’École Supérieure des Affaires (ESA), créée il y a 20 ans suite à un accord entre les gouvernements français et libanais et qui a pour mission de former les futurs dirigeants du Liban et de la région ;
 

• L’Ambassade de France au Liban, fondateur et partenaire stratégique de l’ESA, et propriétaire du site Clemenceau ;
 

• La Fondation Charles de Gaulle.

 

Le financement de ce projet ambitieux se fera grâce à une collecte de fonds, des donations d’hommes et de femmes de bonne volonté et de contributions de mécènes désireux de voir s’implanter au cœur de la capitale libanaise un institut prestigieux, ouvert sur le monde et témoin des relations historiques entre la France et le Liban.

 

La convention tripartite pour la mise en œuvre du projet sera signée le 27 février prochain et le dépôt de la 1ère pierre est envisagé dans le courant du semestre.

 

http://www.charles-de-gaulle.org/les-lieux-gaulliens/linstitut-du-liban/

Source : Fondation Charles de Gaulle